Il ajoute que le professionnel de santé est également concerné par l’article 4 du code de déontologie médicale qui oblige le praticien à taire les données en sa possession (sauf dérogations légales).