Jusqu’en 2007, une quarantaine de cas de rougeole étaient déclarés chaque année. Or, 1 525 cas l’ont été en 2009, plus de 5 000 en 2010 et plus de 3 400 cas viennent d’être notifiés pour  les deux premiers mois de 2011. L’évolution de la maladie est donc spectaculaire et ne cesse d’augmenter, année après année. Il est donc important de rappeler que la rougeole n’est pas une maladie anodine. Les complications éventuelles peuvent être très sérieuses : convulsions, encéphalites, pneumonies…

Et pourtant un vaccin existe…

Les personnes nées depuis 1980 devraient être vaccinées via le ROR (Rougeole-Oreillons-Rubéole) puisque le vaccin est conseillé, avec une première dose à 12 mois puis un rappel entre 13 et 24 mois. Il est donc essentiel, notamment pour  les adolescents et jeunes adultes, très touchés par l’épidémie actuelle, de vérifier qu’ils ont bien reçu ces deux injections et, si ce n’est pas le cas, d’effectuer un rattrapage vaccinal.  N’hésitez pas à en parler avec votre médecin.
Du 26 avril au 2 mai, la Semaine européenne de la vaccination mettra notamment l’accent sur ce vaccin et en fera la priorité au niveau national. L’occasion de s’informer et de mettre à jour, si nécessaire, ses vaccinations.

Pour en savoir plus :

Vaccination Rougeole-Oreillons-Rubéole, 5 bonnes raisons pour se faire vacciner (dépliant INPES)
Le dossier Rougeole sur le site ministériel