Avant de partir camper, vérifier que vous êtes à jour de votre responsabilité civile. Proposée dans le cadre de votre multirisque habitation, c’est en principe elle qui s’appliquera si vous veniez à être responsable d’un accident envers autrui, d’une détérioration de ses biens (habitations, forêts, récoltes…) ou encore d’un incendie. Pensez seulement à vérifier avec votre assureur que l’activité camping est couverte et n’hésitez pas à souscrire des garanties complémentaires notamment si vous campez à l’étranger.

En France, de nombreux camping mais aussi l’Office national des forêts demandent aux campeurs un justificatif d’assurance de responsabilité civile. 

Quelle assurance pour moi, ma famille et mon matériel de camping ? 
Bien entendu, la responsabilité civile n’intervient en aucun cas si vous ou l’un de vos proches avaient un accident ou si vos propres biens subissaient une détérioration. Pour les accidents corporels, comme dans le cas de nombreuses activités de plein air, pensez à souscrire un contrat d’assurance individuelle accident ou une garantie des accidents de la vie pour faire face à des dépenses non prises en charge par l’organisme social.
Pour vos objets et effets personnels, vous pouvez souscrire une assurance complémentaire. A partir du moment où votre matériel est garanti, il l’est aussi pour les catastrophes naturelles reconnues par un arrêté interministériel.  

En France, le camping est réglementé
Vous avez pensé à tout côté assurance mais attention à l’aspect juridique. En effet, en France, l’activité de camping est réglementée. Si, dans les terrains aménagés à cet effet, elle ne pose aucun problème, en revanche, elle est interdite dans certains lieux comme sur les rivages, dans les bois, forêts, sur les voies publiques… Dans les parcs naturels, seul le bivouac est autorisé ce qui signifie que vous pouvez déplier votre tente mais à des horaires précis, le plus souvent entre 19h et 9h. Renseignez-vous auprès de l’office du tourisme.