En France, près de 15 % de la population adulte est obèse (8,5 % il y a douze ans). En outre, un enfant sur six présente un excès de poids. Sachant que l’obésité entraîne potentiellement des maladies cardiovasculaires et respiratoires, des atteintes articulaires, mais aussi des effets de stigmatisation, voire de discrimination, on peut considérer que cette maladie chronique nécessite de véritables actions.

C’est la raison pour laquelle a été lancé un Plan Obésité 2010-2013, avec des propositions d’actions portant sur la recherche, l’organisation des soins mais aussi la prévention. Sur ce dernier point, il est utile d’apporter une attention particulière aux enfants, via une éducation à une alimentation saine, une promotion de l’activité physique, une réduction du nombre d’heures passées devant un écran et une amélioration de la durée du sommeil.

La relation entre obésité et durée de sommeil, l’inactivité physique ou le lien entre la prévalence de l’obésité et l’augmentation du nombre d’heures devant un écran sont évidemment à prendre en compte également chez les adultes.

Concernant l’alimentation, en guise de prévention, le Plan Obésité intervient en complément du Programme National Nutrition Santé 2.